Comprendre l’endométriose : pour un soutien au naturel !

L’endométriose est une maladie inflammatoire de l’endomètre (tissu qui tapisse l’intérieur de l’utérus), qui provoque des saignements importants, une inflammation permanente et des douleurs.

Une origine environnementale ou organique ?

L’une des hypothèses expliquant l’endométriose, est environnementale. Elle serait provoquée par une surexposition à certains produits toxiques (faisant parfois, partie de notre quotidien) : cumulée à des prédispositions génétiques et de défaillance de notre système immunitaire.

D’autres hypothèses expliquent l’endométriose : comme venant d’une mauvaise dispersion en fin de cycle (par l’intermédiaire des trompes, ou bien du système lymphatique et du sang) : du sang des règles. La dentelle utérine et les cellules de l’endomètre, qui n’ont pas servi à aider un ovule à nider : ne s’élimineraient pas toutes « vers le bas », par nos règles : certaines cellules passeraient aussi par la cavité abdominale, les trompes et les ovaires, ou encore par le sang et la lymphe (différentes théories existent), pour aller se fixer : sur des zones où elles ne devraient pas se trouver !

Ce qui est commun aux 2 théories, est la conséquence : on sait que des cellules similaires aux cellules endométriales, vont, comme visible sur le dessin ci-dessous : se développer ailleurs que dans l’utérus : dans les trompes, les ovaires, les ligaments de l’ovaire, et le vagin :

Parfois, ces cellules vont migrer vers le rectum, les ligaments utéro sacrés, la vessie,  le système digestif : où elles adhèrent et sont programmées, pour continuer de suivre : votre cycle hormonal. Les cellules continuent donc de faire, comme si elles se trouvaient dans l’utérus : suivant une dynamique de construction / destruction à chaque cycle ovarien : où les cellules vont se développer, progresser (en même temps que la phase proliférative puis sécrétoire, de l’utérus), puis saigner : au moment des règles.

Les lésions provoquées : qui recommencent de façon cyclique :

Ces destructions cycliques des tissus provoquent une inflammation locale et des lésions. De ces lésions accumulées, peuvent naitre des adhérences, des kystes et des nodules. Tout cela est source de douleurs, récurrentes à chaque cycle, car la pathologie s’auto entretien : par les oestrogènes présents dans le corps de la femme, ainsi que par la présence de polluants (les phtalates, mais aussi par exemple, les fameux « xéno eostrogènes ») : qui font progresser le tissu, à chaque cycle. Car à chaque cycle, tout recommence, les cellules se réactivent.

De ce fait, nombre de gynécologues prescrivent des contraceptions hormonales (pilules, implant …) pour mettre les cycles ovariens en pause. Une solution qui malheureusement ne soigne pas.

Pour soigner une endométriose, il faut revoir toute son hygiène de vie : et ne surtout pas choisir, au nom du naturel, l’inaction. « Laisser faire la nature » n’est surtout pas notre conseil : car la pathologie doit être prise en main. Choisir le naturel, ne signifie pas « ne rien faire ». (Ne rien faire : tue).

Comment soigner l’endométriose naturellement ?

On ne la soigne pas à 100% mais on la régule, ou plutôt, on régule son corps, son terrain, afin de la diminuer et de contrôler qu’elle ne se développe pas plus. Le but est une investigation pour comprendre pourquoi on a une tendance, à l’endométriose. Il faut chercher (avec par exemple, un naturopathe) : pourquoi le corps reste, d’une part en situation de possible hyperoestrogénie chronique, d’autre part, a un terrain favorable, à une inflammation chronique.

Comme d’habitude, les plantes et les oligo éléments vont nous aider, mais il faut absolument en parallèle revoir l’hygiène de vie, pour identifier tous les facteurs responsables. Les facteurs se cumulant : créant la pathologie.

Les 5 facteurs à analyser et traiter :

  • Son équilibre œstrogène et progestérone : trop d’œstrogènes, ou encore pas assez de progestérone (si votre progestérone est trop basse ou chute trop rapidement) causent, voir aggravent une endométriose. La tendance excès d’œstrogènes et déficit de progestérone est médicalement reconnue : comme facteur aggravant de l’endométriose.
  • L’ inflammation et le « stress oxydatif » dans son corps : un stresse qui « grille » les réserves d’oligo élements et minéraux, qui lorsqu’elles se déséquilibrent ou s’épuisent, facilitent le développement d’une endométriose. On mise donc sur les anti oxydants et des cures “spéciales endométriose” : pour se minéraliser en profondeur. Et sur les anti inflammatoires naturels.
  • Son alimentation : les aliments qui favorisent et entretiennent une situation d’inflammation chronique (car ils contiennent des graisses saturées et/ou sont raffinés et transformés), mais également ceux contenant des additifs, conservateurs et colorants non naturels (= possibles perturbateurs endocriniens + éléments encrassants) : seront à limiter au maximum.
  • Les causes émotionnelles : ne pas connaitre ses organes intimes, ou encore une peur de la fonction reproductrice (ressentir que sa fonction de procréation possible : ne “peut”/ ne “doit” pas se maintenir) : pourraient accentuer le fait que l’équilibre de l’utérus, se dérègle. Certaines contraceptions comme le stérilet pourraient aussi être une agression pour ce milieu : qui essaie de se disperser plus loin, car un conflit existe (là c’est le contraire : un mécanisme antinidation est là, mais la fonction de procréation possible : veut survivre). Ainsi, tous les conflits intérieurs, sont à analyser, ainsi que les mémoires familiales (peur des règles, révolte face aux grossesses, etc …)
  • Ses fonctions d’élimination : la saturation de notre organisme en œstrogènes comme en polluants divers, est toujours accentuée lorsque notre circuit d’élimination est surchargé : le sport et les plantes permettant de stimuler les émonctoires, de participer au soutien des organes digestifs et d’élimination et d’optimiser leur travail : seront les bienvenues.

Les plantes à utiliser : les combinaisons possibles …et les interactions à éviter !

Chez Glow Up, les 5 points à cibler cités plus hauts, sont les raisons pour laquelle la cure En Douceur est à la fois relaxante, anti inflammatoire, anti spasmodique et stimulatrice des émonctoires.

En Douceur est à considérer comme une supplémentation « de fond », qui pourra évidemment être combinée à d’autres plantes : prises en tisane ou en infusion selon vos symptômes prédominants :

  • Contre les crampes et les douleurs de règles : l’infusion de framboisier. C’est une plante qui aide à tonifier les muscles utérins, anti douleur car permettant des contractions utérines plus fluides et moins saccadées. Elle est aussi très reminéralisante.
  • Contre l’inflammation et la déminéralisation : l’infusion d’ortie : anti-inflammatoire, reminéralisantes et dépurative, elle a une action tonique et reconstituante de vos réserves de fer, ce qui la rend très intérressante si votre endométriose provoque des règles abondantes et de la fatigue.

A l’inverse, il faut absolument ÉVITER en cas d’endométriose, les plantes “œstrogène like” ou « phytoœstrogènes » = visant à augmenter les œstrogènes.

NE PAS utiliser en cas d’endométriose : Sauge, Houblon, Trèfle rouge, Fenouil … mais aussi Soja, Tofu : en bref, presque l’intégralité des plantes et aliments, que l’on trouve dans les régimes de soutien aux périodes de la vie où justement, l’on manque d’œstrogènes et on voudrait en avoir « plus » (comme en périodes d’absence d’ovulations, ou de péri ménopause).

Évitez à 100% ces plantes : pour ne pas connaitre une recrudescence de vos symptômes.

Si les douleurs dont très fortes, les cures EN DOUCEUR et DRAMA QUEEN peuvent se cumuler. On peut prendre soit : un jour l’une, puis un jour l’autre. Ou bien les 2 cures sur la même journée, en alternant.

Article par Audrey Guillemaud Pour Glow Up

11 réponses sur "Comprendre l’endométriose : pour un soutien au naturel !"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.