Cycle féminin et contraceptions naturelles, rencontre avec Audrey GUILLEMAUD

Merci de me recevoir. Pour moi, cet article est différent des autres que j’ai pu écrire. Car il est pour Peau Neuve cofondatrice de Glow Up.

Toutes deux, nous sommes rennaises et chefs d’entreprise. J’admire son engagement, qui est une information fine et parallèle, pour les femmes qui souhaitent rester en bonne santé, en comprenant leur corps et en l’aidant au naturel. 

Je pense que nous avons cette philosophie en commun, aussi je me sens en confiance pour parler d’une façon plus intime que d’habitude. Sur mon vécu de formatrice, qui est très peu abordé dans mes autres interviews.

Qui êtes-vous ?

Je suis Audrey Guillemaud, l’auteure de Cycle féminin et contraceptions naturelles, chez Hachette.

Hors de ce livre, qui a fait passer mon travail de sensibilisation en librairies, je propose des formations pour les femmes voulant stopper la contraception hormonale ou ne jamais la prendre, en découvrant notamment, une méthode de contraception naturelle très efficace : la sympto-thermie (http://contraception-au-naturel.com/ )

C’est quoi la contraception naturelle, par sympto-thermie ?

C’est l’analyse de son cycle, par la femme elle-même, au présent (on ne pronostique rien). 

Dès que les règles sont finies, chaque jour : la femme note :

  • sa température corporelle au réveil, 
  • l’aspect et la sensation de la glaire cervicale descendue à la vulve (examinée l’après midi ou le soir)
  • la hauteur et la texture, de son col de l’utérus : examiné le plus tard possible dans la journée. 

Ces notes se reportent, sur une courbe d’analyse, appelée cyclogramme. Ainsi, une femme constate le déroulé physiologique de son cycle naturel, au présent. Il n’y a aucune approximation, on ne croit que ce que l’on voit. L’examen du col n’est en outre, pas obligatoire pour débuter, la température et la glaire suffisent pour lire un cycle :

Et comment marche alors, cette « contraception » ?

En s’adaptant ! C’est-à-dire que le couple s’adapte à l’état féminin, du jour J. 

Une femme qui se voit fertile sur la journée de par au moins 1 des 3 indicateurs : doit avec son compagnon, utiliser un préservatif écologique, un diaphragme ou préférer une union sans pénétration. 

A l’inverse : une femme qui se voit infertile : de par 2 à 3 indicateurs combinés (on multiplie ainsi, la prudence !), n’a pas besoin de contraception et peut avoir une union amoureuse avec pénétration. Le couple « suit » le cycle de la femme, et adapte sa sexualité.

C’est un sujet sensible, non ? Très controversé ?

On est entre deux poles. D’un coté, les études prouvent que la sympto-thermie est très fiable, surtout quand on la pratique de la façon la plus prudente possible, c’est-à-dire en ne s’unissant sans protection, qu’en période post ovulatoire 100% infertile, et que l’on pratique l’abstinence, en pré-ovulatoire.

C’est cette façon de pratiquer dont je parle dans le livre, et que je conseille aux débutantes pour qui zéro grossesse imprévue est envisageable. Cela car s’unir sans aucun risque, en pré ovulatoire est complexe. La fertilité peut arriver très vite, et il faut être experte du toucher du col, pour y arriver sans risque inconsidéré. 

De mon point de vue, en ayant cette honnêteté et expliquant comment pratiquer facilement quand on commence, il n’y a pas de controverse possible. Le couple qui s’informe puis se forme avec un moniteur agréé, qui l’aide pour ses retours de courbes complétées, réussit, s’il ne prend pas de risques (ne pas pratiquer le retrait, par exemple, sinon la sympto-thermie, ne marchera pas). 

C’est comment le quotidien : quand on sensibilise à la contraception naturelle ?

Je réalise une formation de groupe par trimestre en centre de formation, et environ 2 conférences par trimestre en magasin écologique ou en librairie. Des associations et des sages femmes, me relaient aussi en conférences et en stands, sur les salons du féminin.

Dans les sessions que j’anime en personne, je parle de toutes les AST (Approches Sympto Thermiques) disponibles, de leurs créateurs, et des raisons objectives de la fiabilité des protocoles. On revoit ce que la femme peut observer, physiologiquement, moralement, énergétiquement : et en quoi ces variations sont liées à nos hormones. Que tout s’explique. Que la femme ressent ses oestrogènes et sa progestérone varier dans un cycle, et peut constater le bien fondé de ce qu’elle ressent : par les signaux fiables que le corps émet : température, glaire fertile, col. 

Je crée des tracts, des livrets de formation, pour sensibiliser par l’explication, car ce sont bien ces explications de base, qui ne circulent pas assez. Ensuite, les associations font un travail formidable : bien comprendre le domaine, permet d’en pousser les portes !

D’ailleurs, je renvoie pour le suivi individuel du couple : vers les formateurs associatifs (Cler, Sensiplan, Serena …). Ainsi ces associations pérennes, et à qui l’on doit cette option du naturel peuvent vivre. Les couples y entrent en compréhension. J’ai à cœur d’agir ainsi, car mon parcours a été le même que pour eux : il a fallu que je voie d’abord des femmes vivant les méthodes dans leur corps et quotidien, pour que j’ose me faire former, car autrement, la confusion était totale ! 

A l’époque, tellement baignée par la génération « pilule », je pensais moi aussi que la sympto-thermie, fonctionnait comme la méthode Ogino, et que les méthodes naturelles, étaient un grand fourre tout de protocoles fonctionnant sur de l’approximatif. Une erreur répandue, lorsque l’information et la sensibilisation : ne circulent justement pas !

Aussi je sens que je dois témoigner, pour les femmes qui souffrent de leur contraception actuelle, et ne trouvent pas d’alternative. C’est très dur à vivre, j’en sais personnellement quelque chose …

Comment avez-vous commencé à communiquer sur ces méthodes ?

J’ai commencé dans ce domaine, alors que j’étais encore en études pour devenir agent des politiques locales, de promotion de la santé. Ma mère a eu un cancer du sein (lié à l’association stress, pilule, tabac…), ce qui m’a valu une méfiance accrue de la pilule, et ma formation très jeune à la méthode d’auto observation pour mon couple. 

Je pratiquais depuis quelques années déjà, lorsque j’ai commencé à parler de ces méthodes hors de mon couple : en association de patients, auprès de femmes parfois très jeunes soignées tout comme ma mère, pour un cancer féminin, hormono dépendant. On avait commencé à discuter en salles d’attentes en sorties de chimio, là où les familles attendent. Elles étaient toutes sous contraceptions hormonales auparavant, ce qui m’a beaucoup fait réfléchir. C’est dans ce sentiment d’urgence, que j’ai osé commencé mes conférences et décidé de partager mon expérience.

 Sinon je n’aurais peut être jamais osé. J’ai aussi eu des fragilités de santé qui ont justifié des examens féminins réellement « invasifs » sur ma personne, en hôpital … sans explications et en étant ballotée, dans un corps qui subit et souffre du manque d’écoute et d’explications. Je crois que cela m’a aussi beaucoup motivée, pour aider les femmes à ne pas subir des traumatismes « gynécologiques », à répétition. C’est en agissant quand on le peut que les choses changeront. Je crois que je guéris aussi, du cancer de ma mère, en faisant cela. Même si la formulation parait étrange, c’est bien ce que je ressens ….

Vivre ces formations, est donc positif, à chaque séance, des femmes trouvent des solutions ?

Oui c’est très positif. Lorsque des femmes s’adressent à moi et me remercient pour mes efforts, qu’elles trouvent leur réponse adaptée, je me sens utile. D’autant qu’avec mes soucis de santé, les contraceptions invasives me pendaient aussi au nez, tout comme elles … Je ne suis pas différente !  C’est cela je crois la meilleure des motivations. Celle qui pousse à remuer ciel et terre, pour leur être utile.

Merci Audrey Guillemaud pour cet entretien ♥ Nous en profitons pour vous dire qu’elle intègre l’équipe GLOW UP, c’est un vrai bonheur partagé : ici.

Vous pourrez aussi retrouver dans la boutique, catégorie PLANNER les deux ebooks rédigés par Audrey =

Guide du débutant VOLUME 1 : les règles de la méthode sympto thermique.
Guide du débutant VOLUME 2 : cycles complexes : comprendre pour bien analyser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *