Le stérilet (cuivre et hormonal) : est-ce naturel et sans danger?

Efficaces à 99 % les stérilets ont plusieurs bénéfices largement évoqués. Celui d’être classés parmi les contraceptifs les plus fiables, celui de ne pas demander à la femme un suivi précis de son cycle (lecture de sa température ou de sa glaire) pour contrôler l’efficacité de sa contraception (si ce n’est de TOUJOURS vérifier qu’après vos règles, votre stérilet, n’a pas bougé !)

Ce dont on parle moins, ce sont des effets secondaires liés aux stérilets et des risques pour la santé des femmes recherchant une contraception naturelle et sans effets secondaires. Ces préoccupations sur les risques représentant la grande majorité des questions qui nous parviennent sur Glow Up : cet article espère faire le point pour leur permettre, de s’informer !

Il existe 2 types de stérilets : CUIVRE ou HORMONAL.

Aucun des deux ne bloque l’ovulation (hé oui !). Les 2 types de stérilets en effet agissent : sur l’utérus et son col, mais pas sur l’ovaire : leur action contraceptive marche donc ainsi :

  •  créer une inflammation locale permanente de l’utérus : pour empêcher la nidation si vous étiez fécondée,
  • libérer un principe actif (le cuivre ou les hormones de synthèse) directement dans l’utérus, visant à boucher le col utérin par une glaire infertile en permanence, pour essayer de faire en sorte qu’aucun spermatozoïde, ne passe.

L’efficacité du stérilet est donc d’abord liée à son moyen de prévention contra-ceptif (on contre la conception = la rencontre des gamètes : en bouchant le col par le cuivre ou les hormones de synthèse) ET à son moyen d’action contra – gestif (contrer la gestation) : puisque au cas où un spermatozoïde passerait quand même, et féconderait l’ovule, on entrave la capacité à la gestation : par l’inflammation de l’utérus. L’efficacité de ces 2 moyens combinés est donc très grande !

Les différences entre stérilet cuivre et stérilet hormonal

Un stérilet se compose donc, d’un petit « T » en plastique qui créera l’inflammation, d’un fil en nylon attaché au bout et qui dépasse de quelques centimètres dans le vagin (ce fil sert à vérifier qu’il n’a pas bougé et est toujours en place), puis d’un fil de cuivre (modèle de droite) ou d’un mini réservoir d’hormones de synthèse (modèle de gauche) :

Stérilet, ce qu'il faut savoir

Source photo : Passeport santé

1/ Leur différence est donc leur principe actif : l’un, le DIU cuivre, diffuse dans l’utérus du cuivre, et l’autre un progestatif de synthèse (levonorgestrel), similaire à ce que l’on pourrait trouver dans une pilule progestative seule (et pas oestro progestative).

2/ Leur point commun est leur action mécanique inflammatoire, qui représenterait, en schématisant, les 50 autres % de leur action.

Le stérilet sans hormones (cuivre)

Parlons tout d’abord, de l’efficacité du cuivre. En théorie, l’efficacité du stérilet cuivre est liée à sa mécanique inflammatoire, ainsi qu’à sa teneur en cuivre. Ainsi on lit sur les sites officiels que plus le DIU contient de cuivre (les DIU prescrits contiennent actuellement entre 375 à 380 mm² de cuivre), plus il est efficace pour neutraliser les spermatozoïdes, puisque le cuivre qu’il contient va acidifier l’environnement du col.

Cependant, des études ont montré que c’est surtout l’action contragestive et mécanique du stérilet cuivre, correctement placé dans l’utérus (inflammation de la muqueuse utérine) qui le rend très efficace. S’il glisse même sans tomber, ou tombe partiellement (y compris un bout, de sa partie plastique seule), toute l’efficacité s’effondre, d’où les rappels produit actuels de lots entiers de stérilets qui “tombent” (même que partiellement).

Pour en savoir plus sur les alertes sanitaires lancées en 2019 et 2020 pour rappeler des lots de stérilets défaillants je vous renvoie à ce super article de Sous Notre Toit : https://www.sous-notre-toit.fr/information-sterilet-cuivre/  et à ce bilan datant de fin aout 2020 : https://sante.journaldesfemmes.fr/sexo-gyneco/2590887-sterilet-cuivre-expulsion-spontanee-symptome-saignement-que-faire/

Le gynécologue parisien le Pr Rozenbaum, expliquait également, que les grossesses sur stérilet cuivre survenaient surtout « quand la muqueuse du fond utérin n’était plus en contact convenable avec le cuivre ». C’est-à-dire dans les cas de descente du stérilet dans l’endocol. Ce qui est intéressant à remarquer, c’est que le cuivre contenu dans le stérilet est censé être un super spermicide, aussi un stérilet qui descend au col, arrive pile dans le lieu du séjour des spermatozoïdes : c’est normalement à ce moment là qu’on devrait observer une très bonne contraception par le cuivre (qui est en contact direct des spermatozoïdes). Cela ne semble pas aussi évident, et on conseillera toujours aux patientes sous stérilet cuivre, de vérifier qu’elles n’ont pas de retard de règles, et qu’à la fin des règles, le stérilet n’a pas bougé et est toujours en place  = même longueur de fils accessibles, depuis le vagin ! A vérifier seule avec les doigts ou avec un spéculum plastique à usage unique (que peut vous donner votre gynécologue, et que vous garderez pour vos propres auto examens, en le désinfectant bien entre deux usages). 

Voyons maintenant, la possible toxicité de ce cuivre pour notre organisme. Le cuivre est déjà connu pour assécher et déminéraliser l’organisme quand il est en surdose «  fer et cuivre sont des oligo éléments pro oxydants qui, dans certaines situations, augmentent les émissions de radicaux libres et les dégâts, liés au vieillissement, qu’ils causent. » Aussi la diffusion permanente directement dans notre tissu utérin, pose question. Plus grave, le cuivre pourrait aussi s’avérer être un important, perturbateur de la thyroïde. Le très sérieux organisme américain Natural Womanhood (https://naturalwomanhood.org/is-copper-iud-toxic-painful-cause-hormone-imbalance-side-effects-thyroid-natural-birth-control-08112018/)  a relayé officiellement l’information du Dr. Izabella Wentz (auteure du Protocole de Hashimoto : Un plan de 90 jours pour inverser les symptômes thyroïdiens et retrouver votre vie) :  « Le cuivre est considéré comme un métal lourd moins toxique, mais il a été associé au sabotage de la fonction thyroïdienne. La glande qui affecte directement nos hormones reproductrices est endommagée par le cuivre. […]Ainsi, bien que le stérilet en cuivre ait été faussement loué en tant qu’option naturelle de contrôle des naissances, il est bon de rappeler qu’il n’y a rien de naturel à ce que l’on place un dispositif étranger dans votre corps, et il n’est pas aussi dépourvu d’effets secondaires que votre médecin pourrait le penser.»

Le stérilet hormonal (levonorgestrel)

Nous avons vu que le stérilet hormonal, est efficace grâce à sa mécanique inflammatoire dans l’utérus, combinée aux hormones de synthèse, contenues dans son mini réservoir, visant à épaissir la glaire cervicale pour la rendre en permanence, infertile et infranchissable aux spermatozoïdes. Comme avec le stérilet cuivre, l’ovulation n’est pas bloquée systématiquement, mais chez certaines femmes, le stérilet hormonal les  bloque tout de même !

Cela car les hormones ne restent pas dans l’utérus, elles passent dans le sang et bloquent le centre cérébral commandant nos ovulations. Aussi, presque plus  d’ovulations ni de règles, pour 30% des femmes sous stérilet hormonal (notamment sous stérilet Mirena), et chez d’autres, il bloque certaines ovulations mais pas toutes (des ovulations et des règles, parfois).  

Bien que très efficace en contraception, la dose de progestatifs synthétiques directement placée dans l’utérus et qui s’y diffuse sans arrêt et sans pause … combinée à l’inflammation provoquée de l’utérus, n’est pas anodine. Cette contraception est donc proscrite si vous êtes porteuse de problèmes de santé sur l’ovaire, l’utérus, les trompes ou sur tout autre récepteur hormonal (les seins) : puisque la diffusion continue d’hormones de synthèse, directement dans l’organe utérin : aggraverait le dérèglement déjà présent (ce stérilet ne doit donc surtout pas être posé si vous avez par exemple, des fibromes, ou des antécédents de cancers de l’utérus du sein ou de l’ovaire). Le stérilet hormonal n’est pas prescrit non plus, aux femmes à la santé fragile (à risques de thrombose veineuse, d’embolie pulmonaire, de phlébite…).  De plus, l’Agence nationale de sécurité du médicament a produit un rapport d’enquête préliminaire sur les stérilets Mirena et Jaydess, à la suite de très nombreux signalements d’effets indésirables par les patientes elles mêmes (migraine, fatigue, anxiété, crises d’angoisse, etc.), signalements qui vont dans le sens de prouver, si cela était encore nécessaire, que les hormones de synthèse, même diffusées en local, ne restent pas en local (dans l’utérus) : mais passent bien dans le sang, et atteignent d’autres organes. Notamment l’hypophyse, puisque les centres de l’humeur et de l’ovulation semblent pouvoir être atteints, les femmes déprimant ou n’ovulant plus. «  (sur le) dispositif intra-utérin au lévonorgestrel Mirena, plus de 2 700 déclarations ont notamment été enregistrées entre le 15 mai et le 4 août 2017, dont 870 faisant mention de symptômes d’anxiété. »

Aussi, pour tout ce qui concerne les ajouts à notre corps naturel : un problème n’est jamais local. Tout circule dans notre corps et notre utérus ne fonctionne pas (comme aucun de nos organes d’ailleurs) en vase clos. Tout communique et le sang qui irrigue notre utérus, s’il est « parfumé » aux hormones, diffusera ailleurs. Cet ajout hormonal n’y restera évidement, pas piégé ni localisé…

ZOOM : comprendre le souci de perméabilité vagin et utérus lié aux stérilets : vigilance en cas de symptômes !

Fan de naturel, j’appelle certes beaucoup à la vigilance informée dans cet article, mais c’est pour la santé des femmes. Ce dernier ZOOM sur les risques d’IST ou d’infections, sous stérilets, me parait donc une conclusion évidente pour que vous utilisiez cette contraception (si cela est votre choix), en sécurité.

En 2013, le professeur Bernard Hédon, président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français le rappelait : « Le stérilet, qu’il soit en cuivre ou hormonal, présente un risque d’infection (car on introduit un corps étranger dans l’utérus et donc potentiellement des germes). » En effet, en cas d’infection présente au vagin (qui ne sera pas liée au stérilet), le stérilet peut malheureusement : faciliter la remontée de la problématique dans les voies génitales féminines hautes, puis le sang de la femme (le risque absolue étant la septicémie). On considère que le stérilet favorise l’accès aux agents pathogènes (mais il ne crée pas les agents pathogènes, ne pas confondre), du fait même de sa conception.

Stérilet ce qu'il faut savoir

Source image : Istock

En effet, le vagin est toujours à considérer comme un organe tourne vers extérieur. Pénétrable, il est régulé en conséquences du point de vue de sa flore et armé pour une défense immunitaire locale optimale contre des agents pathogènes pouvant être présents : entre la vulve et le col. Sa protection naturelle ne lui est en outre plus d’utilité : si au fond du vagin des fils de nylon sont là en permanence, franchissant le col et créant une voie royale de circulation vers l ’utérus, qui lui n’a pas les mêmes protections immunitaires. Aussi le stérilet ne protège pas des IST ni des MST, mais il faut savoir qu’en cas de souci, il facilite leur passage dans les voies génitales hautes et l’organisme. Aussi combiner stérilet et préservatif est indispensable si le couple n’est pas stable.

Et vigilance toujours, même si le couple est stable : en cas de fièvres, nausées / vomissements, étourdissements avec ou sans douleurs pelviennes, pertes et/ou saignement anormaux sous stérilets : prenez vos températures pour vérifier qu’il n’y a pas d’infection et allez rapidement consulter : cela peut être une vraie urgence gynécologique.

Article par Audrey Guillemaud Pour Glow Up

32 réponses sur "Le stérilet (cuivre et hormonal) : est-ce naturel et sans danger?"

  • Steph

    Bonjour
    Cet article est vraiment important et intéressant ! Merci d’en parler.
    Je ne supporte pas bien les hormones dans les moyens de contraception j’ai tout essayé! Deux mille pilules, l’anneau vaginal , rien… bref ! Un jour je tente le stérilet sans hormone. Déjà à la pose J’ai failli défoncer mon Gyneco mais ça c’est propre à chacun, la douleur je veux dire, pas la violence contre son Gyneco 😅
    Enfin bref. A partir du moment où j’ai posé le stérilet j’ai eu un tas de problème. Une acné comme jamais j’ai eu de ma vie, des kystes carrément et douloureux. Alors que sans contraception aucune, aucun problème de peau.
    Et surtout… j’ai eu des règles abondantes et hyper douloureuses et hyper longues ! Et pareil… jamais eu ça de ma vie.
    Mais le pire… j’ai eu ce qu’on appelle une bartholinite chronique. Et ça … aïe aïe aïe mes sœurs ! On n’en parle très peu, mais c’est une inflammation des glandes de bartholin situé à l’entrée du vagin et qui sécrète le lubrifiant naturel. C’est très douloureux, opération et tout le bazard ! Et je suis intimement convaincu que c’est le stérilet qui m’a fait ça … même si j’ai aucune preuve 😅 mais bon, depuis que j’ai plus le stérilet , tout va bien !

    Répondre
    • Audrey Guillemaud

      Bonjour et merci pour votre témoignage ! Oui tout le monde ne supporte pas les hormones de synthèse, ni le stérilet cuivre, pourtant sans hormones. Votre expérience mérite vraiment d’être diffusée car ce type de retour nous arrive souvent en messages privés, on ne les publie donc pas.

      Or les diffuser publiquement aide les femmes à se sentir moins isolées et surtout, à OSER questionner le contraceptif et écouter leur corps, plutôt que souffrir en silence des mois voire des années. Merci à vous pour ce partage, nous vous souhaitons de tout coeur un prompt rétablissement et le meilleur pour la suite !

      Répondre
      • Steph

        Merci ! J’ai voulu en parler « publiquement «  justement pour ça. Nous sommes toutes différentes et nos corps ne réagissent jamais de la même manière. Mais il suffit de l’écouter et surtout ne pas avoir honte de parler ou de poser des questions à propos de notre féminité. C’est tout à fait naturel. Merci pour votre réponse et bravo pour votre travail

        Répondre
    • Said

      Horrible expérience contente de lire que tout est rentré dans l’ordre j’avais aussi un stérilet je l’ai fais retiré la semaine dernière à cause d’un kyste j’espère que sans il se résorbera vite et du coup tu prends quoi comme contraception maintenant ? Je comprendrai si tu ne souhaites pas répondre à cette question indiscrète 😊

      Répondre
      • Steph

        Bonjour !
        Désolée je n’avais pas vu du tout ton message alors je réponds seulement maintenant, peut-être que depuis, tu as trouvé une contraception qui te convient et je l’espère !
        Moi, j’ai tout arrêté après le stérilet. Je suis repassée à la pilule mais très peu de temps. Et bon, le célibat ça aide aussi à laisser ça de côté quelque temps et juste laisser vivre son corps.
        Mais quand je vais reprendre une contraception, c’est vrai que je serais perdue je pense.

        Répondre
    • Delphine

      Coucou très intéressant ton com moi j’ai un stérilet au cuivre depuis la naissance de la 2 ème fille je suis en pleins examens savoir si jai une endométriose car grosse douleur dans le ventre et règle douloureuse abondantes même douleur dans les jambes jaïn l’impression que je devient taré j’ai toujours des nausée enfin bref je passe un irm le 24/11 a bachaumont sur paris pour savoir le soucis c’est que je veut plus hormone et je ne veut plus de baby…. Donc affaire a suivre mais jsp vraiment qu’il vont trouver car j’ai fait coloscopie et fibro et il y a rien….

      Répondre
  • Edlihtam

    Bonjour Glow Up!
    Je suis aussi bluffée par la qualité de l’article. Au moment où j’ai souhaité m’informer sur le DIU, je n’ai malheureusement pas trouvé d’articles aussi complets que le vôtre.
    J’ai eu deux DIU, les deux se sont décrochés… Le premier surement à cause de ma cup, et j’ai perdu le second suite à de violentes douleurs au moment des règles. A posteriori, j’ai l’impression que mon corps a rejeté le stérilet et a créé des contractions pour éjecter le stérilet. Attention, c’est mon ressenti en tant que femme: je ne suis pas une spécialiste, encore moins médecin. Mon sage femme n’a pas su m’expliquer ce qui s’est passé.
    Je relate cette expérience car j’en ai beaucoup souffert psychologiquement.
    Je trouve que c’est très compliqué de trouver la contraception qui respecte la santé de la femme et ses valeurs. Je me suis sentie seule, désarmée, le poids de la contraception sur mes épaules à ce moment là. Depuis, je suis retournée à mon ancien moyen de contraception (le préservatif).
    Bref, encore merci pour cet article!

    Répondre
    • Audrey Guillemaud

      Bonjour et merci pour votre témoignage. C’est tout à fait exact que le corps cherche à expulser, lors des règles, ce qui est présent dans l’utérus : c’est une réaction mécanique, stimulée par les prostaglandines : le col est alors ouvert, et c’est le moment le plus fréquent où le stérilet “chute”.

      Il faut bien préciser que le stérilet reste un corps étranger pour l’utérus, d’autant qu’il est placé dans un organe fait pour évacuer cycliquement et faire peau neuve tous les 30 jours … Il est donc ennuyeux, qu’une sage-femme ne sache pas (ne souhaite pas) expliquer que le stérilet va finalement, aller à contre courant, de la dynamique naturelle d’évacuation.

      Pour le corps c’est un peu 2 phénomènes contradictoires (le stérilet qui s’accroche pendant la phase d’évacuation des règles). Avec la nature qui “gagne” au final, plus d’une fois sur X . Est ce inquiétant ou rassurant d’ailleurs, que la nature “gagne” et réussisse à tout évacuer au final, je ne sais pas (au moins, cela rassure sur le fait que le corps se défend convenablement quand un mécanisme freine le fonctionnement de ses cellules). Mais ce qui est sur est qu il faut INFORMER les femmes que c’est possible. Pour qu’elles ne soient pas que “spectatrices” voire accusées de l’échec contraceptif. C’est douloureux de croire toujours, que l’on est “malade”, ou que notre corps est anormal ou fautif ou défaillant. Alors que c’est la mécanique du stérilet qui est en cause, et qui implique très simplement : qu’un utérus, puisse le “perdre”.

      Encore merci pour votre témoignage. Nous vous souhaitons le meilleur pour la suite.

      Répondre
  • Chloé

    Bonjour l’équipe Glow Up
    Merci pour cet article!
    Est-il donc possible de faire une chute d’hormones après avoir retiré un stérilet même en cuivre?
    Depuis que j’ai retiré le mien j’ai de l’acné tout autour du menton et des tempes et j’ai perdu et continue de perdre énormément de cheveux. Est-ce lié? Avez-vous des cures en solution à ces effets?
    Merci 😊

    Répondre
    • Audrey Guillemaud

      Bonjour, pour une régulation hormonale globale (car la chute de cheveux peut montrer : un déséquilibre des androgènes ou/et des œstrogènes) : Féminitea pourra vous aider, car elle vise le réequilibrage des hormones. N’oubliez pas aussi de bien vous reminéraliser : car la chute de cheveux peut aussi montrer, si les règles sous stérilet étaient très abondantes : une fatigue ou une carence ou une anémie.

      Le stérilet cuivre n’empêche normalement, pas le travail de l’ovaire, aussi il ne peut normalement pas provoquer une chute des hormones.

      Par contre, une piste à explorer si vous connaissez un naturopathe spécialisé, est que l’arrivée de votre acné est peut être en partie, liée au fait que le cuivre asséchait l’organisme, et que les ions de cuivre avaient peut être un effet anti bactérien épurant l’organisme de certaines souches (il est prouvé que le cuivre peut inactiver des bactéries pathogènes et des virus). Aussi, au retrait, vous ne bénéficiez plus de la diffusion, du cuivre. Or ce que nous savons, est qu’un nouvel équilibre bactérien et viral, peut enclencher, une poussée d’acné. C’est une hypothèse bien sur, et un point que je ne peux malheureusement pas préciser car je n’ai pas connaissance d’études prouvant que la concentration du cuivre du stérilet, permet cela.

      Si l’acné est importante, il vaut mieux faire d’abord une cure de Rebelle seule, pour éliminer l’acné, PUIS une fois Rebelle finie et l’acné maitrisée : commencer Féminitéa.

      Douce journée !

      Répondre
  • Mi Moune

    Bonjour,

    Après avoir enlevé un stérilet en cuivre, peut-on tomber enceinte de suite ou le corps a-t-il besoin de temps pour “se remettre en route”? Est-ce variable d’une femme à une autre ?

    Répondre
    • Audrey Guillemaud

      Bonjour, on peut tomber enceinte directement après avoir ôte un stérilet cuivre, c’est pourquoi les médecins proposent parfois de commencer la pilule avant de le retirer : pour bloquer les ovaires en amont.

      Douce journée !

      Répondre
  • Melanie

    Bonjour Glow Up, merci pour cet article très intéressant !
    Néanmoins vous ne mentionnez pas un des risques possibles concernant le stérilet (cuivre ou hormonal) : la possibilité qu’il puisse transpercer l’utérus et se loge en dehors. J’en ai fait la malheureuse expérience récemment, mon stérilet s’est logé dans ma cavité abdominale, provoquant une petite infection et j’ai du être opérée pour le faire retirer. Je pensais que c’était un cas très très rare mais après avoir discuté avec ma chirurgienne gynécologue et une autre connaissance gynécologue aussi, il s’avère que c’est plus courant qu’on le dit : environ 1 femme sur 1000 je crois.
    L’idée ici n’est pas de faire peur (chaque contraception a ses propres risques..) mais que les femmes soient bien informées sur le sujet, puisque les professionnel.les ne le font pas systématiquement !
    En espérant que ça puisse compléter votre article 🙂
    Merci !

    Répondre
  • Béa

    Bonjour,

    Je me fais poser un stérilet sans hormone demain donc l’article tombe à pic !

    J’aurai aimé avoir un ou des retours de femme qui utilisent cette contraception et pour qui cela se passe bien ou mieux qu’avec leur contraception précédente. J’avoue stressée un petit peu en lisant l’article

    Répondre
    • Audrey Guillemaud

      Bonjour, je suis désolée si l’article vous a stressée.

      Il ne vise pas à effrayer ni à diaboliser une méthode, mais à informer des possibles dont on ne parle pas en cabinets gynécologiques, afin que les femmes à qui cette contraception ne convient pas, ne soient pas seules, et que les femmes qui souhaitent se la faire poser, sachent que cela existe, afin d écouter leur corps en cas de soucis et de pouvoir réagir 🙂 ! En effet, c’est une violence gynécologique courante, que de ne pas être écoutée en cabinet médical. Et se sentir isolée face à une intolérance au stérilet, ou tomber enceinte sous stérilet, n’est pas facile à vivre.

      Sur le Feed Instagram (publication du 13/09/2020), des femmes ont témoigné que ces contraceptions leur convenaient. Vous pouvez échanger avec elles, elles pourront vous donner leurs expériences 🙂 !

      La conclusion est aussi, qu’aucune contraception ne convient à toutes le femmes, et le stérilet est sans doute la meilleure solution pour certaines.

      Douce journée !

      Répondre
  • Liz

    Comme plusieurs l’ont deja dit, merci pour cet article bien détaillé.
    Pour ma part, j’ai pdt longtemps utilisé uniquement le préservatif comme contraceptif avec mon conjoint (j’oubliais tjs de prendre ma pilule donc j’ai vite arrêté!). Après mon premier enfant, ma sage-femme, extrèmement bienveillante je précise, m’a un peu forcé la main et mis la pression quand à la reprise d’une contraception. C’était important selon elle que je le fasse rapidement car si je voulais un stérilet, la pose serait moins douloureuse tant que mon col était encore ouvert. Cela faisait un mois que j’avais accouché, j’avais subi d’impressionnantes déchirures internes lors de l’accouchement, je voulais juste que l’on me laisse tranquille. Sous la pression j’ai craqué. Hors de question pr moi d’ingérer des hormones. Ce qui me paraissait le plus approprié était donc le stérilet au cuivre, mais c’etait vraiment par défaut. On m’avait prévenue à propos des règles plus longues et plus abondante, et bien je n’ai pas été en reste!!! Au moins 2 semaines de règles par mois (imaginez, quasiment la moitié du temps!), avec l’impression d’être en pleine hémorragie interne pendant au moins 1 semaine. Des douleurs qui me clouaient sur place (avt ça, je n’avais quasiment aucunes douleurs pdt mes règles). Qd je parlais de ces désagréments à mon médecin ou à ma sage-femme, on me repondait “et oui… c’est ÇA le stérilet au cuivre”. J’ai supporté cela pendant presque 4ans. Aujourd’hui je suis repassée aux préservatifs uniquement. Je ne ressents plus cette sensation de “mutilation de mon corps” et j’en suis ravie.
    Je découvre avec stupéfaction les effets perturbateurs du cuivre sur la thyroïde. On ne m’en a ja-mais parlé. Je tiens donc à ajouter qu’au bout de 2ans de stérilet, j’ai du me faire enlever la moitié de la thyroïde car s’y était développé un nodule de plus de 5cm, qui après analyse s’est avéré être une tumeur! C’était il y a 3ans. Qd je demandais à mon médecin ou mon ORL d’où cela pouvait-il venir, on me disait “on ne sait pas, ça arrive, c’est tout!”
    Il faut que la parole se libère, que les témoignages se multiplient. Arretons de subir!

    Répondre
  • Céline

    Bonjour,
    Merci pour cet article.
    Choisir une contraception autre que le préservatif est compliquée pour moi.
    Ayant des antécédents familiaux de phlébite et autres problèmes circulatoires les médecins ne veulent pas prendre de risque et je suis donc interdite de pilule avec œstrogènes.
    J’ai testé une première pilule que je n’ai pas supporté (moral en berne, idées noires etc) Je l’ai arrêtée après quelque mois et j’ai essayé le stérilet en cuivre. Pose douloureuse et 3 mois après règles beaucoup plus douloureuse qu’à l’habitude. Étant dans une période de deuil je ne me suis pas inquiétée plus que ça. Mais en retirant mon tampon je me suis retrouvée avec le stérilet dans les mains… Appel à ma gynécologue qui m’a dit que ça pouvait arriver de le perdre les 6 premiers mois. Elle ne m’avait même pas prévenue avant. Heureusement que je l’ai récupéré…
    Il s’est passé presque un an avant que je teste une nouvelle contraception. Un médicament qui à la base est donné pour les femmes ménopausées et qui sert aussi de pilule. Après quelques années j’ai fini par ne plus la supporter, d’autant que je n’avais plus de règles. J’ai écouté mon corps qui voulait revenir au naturel.
    Depuis je n’ose plus retourner à une autre contraception. Ma sage femme a proposé le stérilet vu que je ne peux pas prendre de pilule. Entre mes ressentis et votre article j’avoue être de plus en plus freinée… La peur d’introduire à nouveau un corps étranger, la peur d’une grossesse extra-utérine, d’avoir des complications. Mon copain est compréhensif sur le sujet et sait que la décision est difficile à prendre.
    Bref c’est compliqué la contraception quand on veut arrêter le préservatif.
    Le jour où j’aurais eu des enfants j’envisage la stérilisation définitive. J’espère que vous aurez l’occasion de faire un article sur le sujet.

    Répondre
    • Emma93

      Bonsoir, il y a plusieurs recherches qui ont montré que la stérilisation féminine pouvait provoquer une ostéoporose précoce, notamment des études menées en Chine pendant la politique de l’enfant unique lorsque les mères de 3 enfants et plus étaient stérilisées de force… je n’ai plus le nom des chercheurs ni de leurs publications mais cet acte est également loin d’être bénin. Bien à vous

      Répondre
  • Nasty

    Bonjour,
    Je voudrais juste parler de mon expérience pour le stérilet en cuivre . Il est posé depuis 4 ans et ça fait 4 ans que je fais de bartholinites à répétition…aucun médecin n a su me dire pourquoi, ni n a fait le lien… j avais décidé de me faire opérer mais je viens seulement de réaliser il y a quelques temps que c est sûrement à cause de mon stérilet . Je vais donc l enlever mais je ne sais toujours pas quelle contraception utilisée car les hormones pour moi c est définitivement finit et préservatifs bof bof .
    Merci pour cet article très interessant et complet en tout cas !

    Répondre
  • Sonia

    Bonjour
    Merci de votre article. Actuellement enceinte, et après avoir vécu des années sous pillule avant mes grossesses, je ne veux pas y revenir. Entre mes 2 grossesses j’ai eu recours à un stérilet hormonal et ai trouvé cela douloureux. Je souhaiterai post grossesse ne plus avoir recours à autre chose que du naturel. A part le préservatif, que me conseillez vous ?

    Merci de vos retours

    Répondre
  • Marianne

    Bonjour,
    Tout d’abord je vous remercie pour la qualité de l’article 🙏🏽 ces informations sont précieuses. Voici mon histoire.
    Maman deux enfants et je fais de l’endometriose cela se caractérise par de fortes douleurs au moment de l’ovulation qui m’handicapent chaque mois ce sont des douleurs pelviennes qui sont aussi fortes que des contractions lors d’un accouchement. Diagnostic récent posé par mon gynéco.
    A 17 ans j’ai débuté les moyens de contraception, pilule, ensuite stérilet au cuivre puis à nouveau pilule micro dosée. A l’arrêt de la pilule pour conception bb1, de violentes douleurs d’ovulation sont apparues, cela a duré quelques mois le temps de la conception de bb1. Grossesse ultra douloureuse et compliquée les 3 premiers mois (kyste ovarien qui a “explosé” à 3 mois de grossesse, douleurs pelviennes intenses, les douleurs se diffusaient de partout ainsi que les saignements dûs à cette “explosion” bref un régal) j’ai mené ma grossesse à terme mais ce fut ultra compliqué sur le plan psychologique de supporter la douleur, bb est là c’est l’essentiel.
    A la suite de cette première grossesse pose du stérilet au cuivre et je l’ai bien supporté mis à part la pose… Les douleurs d’ovulation étaient présentes mais je ne voulais rien faire tant que je n’aurais pas de second enfant.
    Puis conception bb2, après que le stérilet ait été enlevé les douleurs étaient plus vives … J’ai peur, on commence à me parler d’endometriose mais je crois en moi et la nature, ouf, cette fois ci à la nidation pas de douleurs atroces comme à la première grossesse j’ai ovulé du “bon” côté. Après arrêt de L’allaitement pour bb2 les douleurs d’ovulation sont encore plus violentes, mon gynéco me dit que mon coprs envoie beaucoup d’hormones car il est prêt à féconder à nouveau et que ce pic d’hormones va diminuer dans quelques mois quand mon corps aura “compris” que ça n’est pas le projet !
    Mes douleurs sont intenses et mon coprs se souvient des anciennes.. Je deviens anxieuse avant chaque ovulation c’est violent ça arrive, ça m’handicape environ 48h puis enfin ça passe. Par moment des douleurs pelviennes vont et viennent, mon gynéco me propose le stérilet hormonal, j’accepte. Premier mois de pause, torrent dans mon corps, migraines pdt 3 semaines, humeur vraiment horrible, douleurs encore plus intenses et plus longues au moment de l’ovulation, constipation… J’échange avec mon gynéco me dit que c’est “normal” le temps que mon utérus se mette au repose et laisse faire le job aux hormones… Aujourd’hui deux mois après la pause ça va mieux, moins de maux de tête, mais légère prise de poids, je ne sens que je ne suis pas tout à fait moi même, je me sens comme emprisonnée et j’étais mieux dans mon corps et dans ma tête avant la pose.
    .
    Ma difficulté est que je ne sais plus quoi faire, supporter les hormones du stérilet afin d’avoir une ovulation moins douloureuse avec tous les effets secondaires du stérilet ou enlever le stérilet hormonal et tenter le cuivre malgré tout.
    Tenter des moyens naturels pour me soulager, je ne sais plus vers quoi me tourner.

    Merci de m’avoir lue.

    Répondre
    • Equipe Glow UP

      Bonjour, de mon point de vue il faut aller consulter un naturopathe spécialisé pour réduire votre endométriose, et vos fluctuations hormonales, et redevenir ainsi : libre d’opter pour des méthodes naturelles, sans hormones ajoutées. Le stérilet cuivre n’est pas idéal non plus, idéalement, ce serait préservatif, diaphragme, ou symptothermie, pour du 100% naturel.

      Pour l’endométriose, de notre coté nous proposons la cure En Douceur, et vous pouvez la cumuler avec des cures type huile d’Onagre à Haute dose (4 X 1000 mg par jour) pour réguler votre balance hormonal. Mais il faut pour réduire l’endométriose, véritablement et impérativement : avoir un régime alimentaire sur mesure et travailler à améliorer les systèmes d’élimination des hormones en surplus, dans votre corps, qui semble saturé, au vu de vos symptitmes.

      Il faut consulter pour une naturopathe spécialiste du sujet, comme Raissa Blankoff ou Amandine Cotteaux, voire faire des examens de cycle avec dosages hormonaux en parallèle auprès de Fertility Care, qui pourra d’ailleurs vous apprendre en meme temps une contraception naturelle, basée sur l’examen de la glaire cervicale évolutive.

      Douce soirée !

      Répondre
  • lorie

    Bonjour,
    Y aurait-il des femmes concernées par un déréglement hormonal ou à des rententissements psychologiques (état d’anxiété /stress/ phobie ) suite à la pose d’un stérilet en cuivre ? qui pourraient échanger ici

    Répondre
  • Julie

    Bonjour,
    Je vais me faire retirer mon stérilet en cuivre d’ici deux jours, après 4 ans de bon et loyaux services 😆
    Je suis très partagée sur le DIU, il est vrai qu’il est très pratique, avec lui je me sentais libre, pas besoin de penser à prendre sa pilule chaque jour.
    Mais un an après la pose de celui ci j’ai commencé à perdre mes cheveux et à avoir de l’acné. Je n’ai pas fais le lien tout de suite, c’est en consultant une naturopathe que j’ai fais le rapprochement. Le stérilet me déminéralise et donne des effets secondaires délétère pour ma santé. Cet article confirme mes craintes.
    J’espère pouvoir voir une amélioration après le retrait de mon diu.
    Merci bcp pour vos précieux conseils. Et merci a toutes celles qui prennent le temps de témoigner. On se sent moins seule.

    Répondre
  • Sarah

    J ai un stérilet en cuivre depuis un peu plus de 4ans …
    mes cycles durent 28jours , avec des règles de quasi 10jours donc a peine le temps de s’en remettre que ça recommence. Je suis carencé en fer . L’endocrino qui me suit me conseille d’essayer le stérilet hormonal pour avoir des règles moins epuisantes. Mais j’ai peur quand je lis les possibles effets , je me dis que ça va peut être arranger certains problèmes mais en créer d autres .

    Répondre
    • Equipe Glow UP

      Bonjour, dans votre cas je pense que aucun stérilet ne conviendra : ni l’hormonal, ni le cuivre, car c’est le placement “mécanique” d’un corps étranger, dans l’endomètre : qui vous fait saigner (beaucoup) plus longtemps, qu’il y ait hormones, ou pas. Ce n’est pas lié aux hormones, mais UNIQUEMENT au placement, d’un stérilet.

      Il faut trouver une contraception qui ne blesse pas l’utérus.

      Si vous pouvez, la symptothermie n’a aucun effet secondaire, le livre Cycle Feminin et Contraceptions Naturelles d’Audrey Guillemaud, pourrait vous aider. Douce journée !

      Répondre
  • Delphine

    Bonjour,
    Je sors d’une consultation. La sage femme me propose le stérilet en cuivre ballerine. J’ai 24 ans, pas d’enfant, je n’en désire pas actuellement et j’ai arrêté les contraceptions hormonales en octobre après 10 ans.
    Savez-vous si ce système est fiable ? Rallonge t’il les cycles ?
    Merci beaucoup !

    Répondre
    • Equipe Glow UP

      Bonjour, de mon point de vue, Ballerine n’est pas une révolution. Ce stérilet est au cuivre, aussi par rapport au métal cuivre dans le sang : il aura les mêmes effets possibles de dérèglements, que les autres stérilets cuivre (perturbateur de la thyroïde). C’est aussi, encore et toujours, un corps étranger que le corps essaie d’évacuer, aussi les règles longues et abondantes ++ font aussi partie (suivies de possibles carences en fer) : des possibles effets de Ballerine (du fait simple, de la mécanique du stérilet, qui rester la même, quelque soit sa forme, qu’il ait une forme de T, de O, ou autre).

      A noter : qui dit cuivre, dit NON HORMONAL, aussi il ne rallonge pas les cycles, c’est impossible, car vos hormones naturelles ne sont pas affectées.
      Par contre ce qu’il allonge c’est les jours de saignements. Un exemple, 1 cycle X de 30 jours, restera de 30 jours sous le stérilet, avec ovulation vers jours 16 environ = mais les règles, sur ces 30 jours, seront hémorragiques : en durent 15 au lieu de 5, car on a des saignements intermenstruels quand le corps essaie d’évacuer le stérilet. On continue de saigner, plus longtemps, mais rien ne bougera niveau dates d’ovulation … ou autre, du fait “direct” du stérilet.

      Ses créateurs avancent par contre, moins de douleurs et moins de risques de perforer l’utérus que le stérilet en T : du fait de la flexibilité de son “tourbillon” avec boules de cuivres, qui arrive à se plier lorsqu’il y a contractions utérines.

      Douce journée !

      Répondre
  • Audrey

    Je viens d’apprendre que je suis enceinte, en ayant un stérilet au cuivre depuis plus de 3 ans…
    Il est tombé dans le col. Mon gynéco n’a vérifié que la première année le positionnement.
    Je ne sais plus vers quelle contraception me tourner…

    Répondre
  • Siham

    Bonjour c ‘est un article tres intetessant.
    En effet j’ ai un sterilet en couivre et depuis un an et demi j’ai des mycoses a répétitions, pour cela que j’ai consulté à plusieurs reprises des gynecologues qui m’ont dit que le sterilet ne peux en aucun cas etre la cause, à ma grande surprise et lors d’un dernier examen effectué chez le gynécologue l’image du sterilet est flou alors j’ai du l’enlever sur le champs, le problème pas de cuivre il n’est plus là mais où il est passé ? , le gynecologue m’a dit qu’il a tombé avec les règles, je galère en ce moment là, j’ai peur, je ne sais plus quoi faire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.